l'embellie

25 octobre 2012

L’embellie, d’Audur Ava Olafsdottir

Avis d’Enora

Un véritable plaisir littéraire. Le style d’écriture est très agréable, les personnages sont attachants et les descriptions des paysages islandais donnent envie d’aller s’y perdre. Comme dans Rosa Candida, son précédent roman, l’auteur nous entraine à la suite de ses personnages avec calme et douceur. Je le recommande vivement.

4ème de couverture:

C’est la belle histoire d’une femme libre et d’un enfant prêté, le temps d’une équipée hivernale autour de l’Islande.

En ce ténébreux mois de novembre, la narratrice voit son mari la quitter sans préavis et sa meilleure amie lui confier son fils de quatre ans. Qu’à cela ne tienne, elle partira pour un tour de son île noire, seule avec Tumi, étrange petit bonhomme, presque sourd, avec de grosses loupes en guise de lunettes.

Avec un humour fantasque et une drôlerie décapante, l’Embellie ne cesse de nous enchanter par cette relation cocasse, de plus en plus attentive, émouvante entre la voyageuse et son minuscule passager. Ainsi que par sa façon incroyablement libre et allègre de prendre les fugaces, burlesques et parfois dramatiques péripéties de la vie, et de la vie amoureuse, sur fond de blessure originelle. Et l’on se glisse dans l’Embellie avec le même bonheur immense que dans Rosa candida, en une sorte d’exultation complice qui ne nous quitte plus.